Moteur de Recherche sur le site cyclodepoey.com

Bienvenue sur le Site

du Cyclo Club de Poey de Lescar

Bienvenue sur cyclodepoey !

Journée familles

24 juin 2018

Vers La Madeleine…
Quelques kilomètres de plat entre Oloron et St-Pé avaient pu donner l’impression que la jambe était légère malgré les efforts de la veille dans la montée du col de Spandelles, où le silence et la beauté s’échangent toujours contre une bonne part de sueur.
Or dès les premières pentes vers Esquiule je sentis naître le doute. Certes, la motivation des quatre femmes de la compagnie était palpable bien avant le départ, et pouvait expliquer leur allure enjouée
et conquérante, mais cela ne suffisait pas à dissiper en moi la discrète inquiétude. Quelques kilomètres plus loin, alors que mes doutes se précisaient, m’incitant à supposer que mes jambes n’avaient peut-être pas recouvré leur aptitude à défier la pesanteur, notre quatuor de charme continuait à deviser gaiement, le souffle nullement affecté par la réalité du pourcentage.
Puis on passa Barcus et Burgia, et il y eut un  segment de route facile où il était encore possible de profiter sans douleur de la quiétude bucolique des collines basques. Un moment encore, que je vivais comme une forme de sursis, j’avais pu laisser mon esprit s’abandonner au leurre…
Mais tout à coup la route s’est cabrée. Là où commence véritablement la rampe sévère qui conduit au col de Sustary. Là où en d’autres temps j’avais trouvé la rudesse de la pente plus stimulante que décourageante. Les compagnes et les compagnons peu à peu disparaissaient de ma vue. Ils grimpaient avec ardeur et sueur. Peut-être dans la douleur, chacun en lutte, en dialogue serré avec les dents qu’il avait choisies dans le répertoire du pédalier, mais ils grimpaient ! Tandis qu’en moi la mécanique se grippait. Le souffle devenait haletant, de plus en plus court. La contraction musculaire ne libérait plus l’énergie nécessaire. Par deux fois je mis pied à terre, hagard et tremblant. C’est là que je sus qu’en fait mes jambes avaient été ravagées par la déshydratation, faute de boire suffisamment, loin s’en faut, huit jours plus tôt dans la fournaise duTourmalet. Implacable mais incontestable verdict après une lamentable bévue. Un rappel que l’eau et les espèces minérales qu’elle contient sont nos essentiels constituants, et que l’on n’insulte pas la nature impunément.
Au pied de la montée finale – péniblement atteint pour ma part - , sans avoir eu besoin de le décider j’ai renoncé, contraint par l’évidence, à viser la chapelle de La Madeleine. Les autres ont poursuivi, armés de vaillante confiance. Sauf Jean, resté pour me tenir compagnie, plus gaillard que moi mais estimant raisonnable de s’en tenir là.
Les tracteurs agricoles arpentaient pleins gaz les prairies pentues pour les travaux de fenaison, et l’on se réjouissait tous les deux de cette campagne épargnée par la frénésie de la destruction des haies, des comblements de fossés et des déboisements.
Assis dans le creux tapissé de foin fraîchement coupé au pied du talus qui borde la petite route, le front baigné de soleil, je contemplais l’horizon où se découpaient sur le ciel vibrant de chaleur les silhouettes frontalières de Soule et de Barétous.
Vivre chaque seconde de ces larges minutes données est une grandiose expérience de paix.
Deux à trois quarts d’heure plus tard, les vainqueurs de La Madeleine étaient de retour. L’auréole de joie était visible autour de leurs visages. Serrant les dents, de leurs jarrets incandescents les quatre filles avaient arraché le sommet, quitte à bouffer les gravillons au fond des innombrables nids de poules devenus avec le temps d’hostiles nids d’autruches, elles avaient touché la chapelle, elles avaient eu le bonheur d’embrasser un panorama d’exception, puis elles s’étaient lancées dans la descente, secouées comme des putains de pruniers au passage de chaque putain de grossière rigole et de chaque putain de barbare barrière canadienne. Et enfin, elles et leurs compagnons d’ascension rejoignaient la paix qui avait régné pour Jean et pour moi, en les attendant.
Nous sommes repartis par où nous étions venus, nous extasiant devant tout ce  que nous avions gravi, dévalant désormais dans une chatoyante euphorie.
Nous avons filé bon train sous le soleil, puis rejoint la ferme auberge Estrem à Cardesse, où nous attendaient les amis qui avaient suivi un autre parcours, sous la conduite de Georges et de Michou, valeureux capitaines.
Il nous fut servi une savoureuse préparation culinaire, qui était bien de celles que l’on aime partager pour leur saine simplicité, et dont on se régale par le raffinement de ce qui a mijoté pour satisfaire le goût.
Ainsi le mot « Famille »prenait tout son sens, et l’on mit du temps à se séparer.

Attention changement d'horaire !!

Sorties du mercredi et du dimanche:

Mercredi : 8h00 à partir du 16 Mai
Dimanche:  7h30 à partir du 1er Mai

Dimanche 24 juin : "Journée Familles" à Cardesse

La possibilité de choisir entre deux parcours avait été annoncée :

- pour ceux qui préfèrent partir de Poey à vélo :
un tracé sera défini par Georges avec retour à Poey
puis départ en voiture pour Cardesse.

- en revanche, pour ceux qui préfèrent la seconde option
il paraît sage de modifier le point de départ initialement fixé à Cardesse.
En effet, plusieurs d’entre nous ont manifesté le désir de monter à La Madeleine.
Or le parcours serait de 80 km, ce qui nous semble un peu excessif
dans l’esprit d’une journée « Familles ».
En conséquence nous proposons un départ à vélo
d’Oloron-Sainte-Marie :


Oloron – Esquiule – Barcus – Col de Sustary (444 m) –
Tardets – Montory –
Lanne-en-Baretous
– Aramits – Ance – Féas – Oloron

56 km
ou
61 km

pour ceux qui effectueront la montée de La Madeleine
(bifurcation peu avant le Col de Sustary)

Dans tous les cas
rendez-vous à Poey à 7h30
 

Dimanche 17 juin : Boucle du Tourmalet

Quatre adeptes du pédalage en montagne ont effectué la boucle. Ou plutôt trois plus un. C’est-à-dire trois pur-sang ailés et un canasson poussif, l’auteur de ces quelques lignes, les cuisses percluses de crampes assassines dans les derniers kilomètres de l’ascension du Tourmalet. On a beau le gravir et le gravir encore, il n’en devient pas plus facile pour autant.
Partis de Lugagnan tout près de Lourdes, nous avons parcouru avec enchantement le chemin tranquille et somptueux qui mène à Bagnères-de-Bigorre en passant par les hauteurs entre Juncalas et Neuilh, avec les vues panoramiques sur les beautés du piémont, le regard portant au-delà de la ville de Tarbes… Puis après Bagnères, c’est sous un ciel lumineux que nous traversâmes Campan et Sainte-Marie de Campan, avant d’attaquer les rampes impitoyables qui mènent à La Mongie, puis, en ce qui concerne le canasson ahanant, enfin le sommet promis. Là-haut la température était fraîche mais le ciel clair et la bière réconfortante.
Le retour fut une longue et grisante descente, même si parfois quelque faux-plat put réveiller dans les jambes une douleur que l’on croyait oubliée.
Bilan : 100 km, 2100 m de dénivelée, des paysages dont on ne se lassera jamais, la satisfaction de partager l’effort avec des compagnons de route, le souffle du vent sur la peau, et la grâce que l’on rend au corps qui vous a amené là où la tête voulait aller… 

Dimanche 3 Juin: Ils y ont cru

Samedi 2 Juin:la Montée du Géant

la Route à Pentecôte

le Roc de Pentecôte

Jeudi 10 mai:

L'ascencion le 10/10

Mardi 8 mai: la malédiction climatique

Dimanche 6 mai :

Le plat n'est pas assisté

Mardi 1er Mai:

CCP Help

Pentecote Roc Quercynois

Je cherche le plat

Dimanche 22/04/2018

Tutoyer les sommets

Dimanche 15/04/2018

On s'aime et Ah que c'est bon

Avec Photos

En se souvenant de l'ouverture du CoDep à Bayonne

Le 02/04/2018

Les photos de l'Omelette Pascale

Dimanche 01/04/2018

Je reste de Boue

Raid des 3 Vallées 2017 Vidéo Officielle

Raidoutable

Unissant leurs capacités musculaires et leurs qualités de cœur, deux jeunes sportives remarquables qui font don de leur force et font honneur à leurs parents membres du CCPL !

Dimanche 25 février

 Les jonquilles bravent l’hiver

07/01/2018

Rappel à Tous

Jean-Louis, Dominique, Thierry…

Les Vœux du Président

Rétro VTT 2017

15/12/2017 C'est Chaud le VTT

Assemblée Générale

Dimanche 26/11/2017

Les  VTTistes au Téléthon 2017

Communiqué

Alors qu'il circulait vendredi à vélo, notre ami Vttiste
Thierry Chatron
a été accroché par une voiture.

Il souffre de plusieurs fractures (côtes, deux vertèbres, péroné). 
Nous l'assurons de notre soutien et de notre affection,
lui souhaitant très sincèrement de voir rapidement s'atténuer sa souffrance et espérons qu'il se relèvera de ses blessures
le mieux possible.


Dimanche 17 septembre 2017:

Randonnée du Soubestre à Arzacq

Dimanche 10 septembre 2017 :

On s'y Col à l'Aubisque

Soulor, aller diurne, retour nocturne

Dimanche 16 juillet:

Soulor-Aubisque

01 et 02/07/2017

3 Vallées c'est raide

Handbike :

les ressources de l'esprit

Dimanche 9 juillet :

On s'y Col !

25 juin 2017

Le 8 mai au Pourtalet

On S'y Col  
si vous êtes intéressé, pensez à vous inscrire
sur ONSYCOL.FR

Possibilité de repas

Cyclo & Culture dimanche 18 juin

Le moulin de Castetis
65 km - départ 7h30
Retour aux environs de 12h00

Port de Larrau dimanche 11 juin

Départ en voiture de Poey à 7h00
Prévoir pique-nique ou sandwich
Départ vélo de Licq-Atherey ou de Tardets ou d'Aramits selon concertation.

07/05/2017 Port de Castet et d'Aste

Le deuxième Tour

Sortie du 7 mai

Sortie du 30 avril

-:-:-:-:-:-:-:-


Agenda du CCPL

Pentecôte 2016

Strasbourg 2016

La Biroulette

Cap Nore 2016