Journal de bord d'un accompagnateur...

...par Serge LEROY ( Les Mailhouns d'ANGLET )

Toutes à PARIS 2012

 

JOURNAL DE BORD D’UN ACCOMPAGNATEUR

 

 

 

 

Lundi 10 septembre

 

ANGLET – SABRES   et    BAZAS – MONTPON-MENESTEROL

 

7h 00 : une activité inhabituelle à cet horaire règne sur le stade Jean Moulin à Anglet, siège du Club Les Mailhouns ; c’est le début de l’aventure pour 20 cyclotes du 64, (6 autres partent de Bazas), le point de départ du périple les menant à PARIS, en six étapes. « Toutes à Paris », premier rassemblement cycliste féminin organisé par la FFCT, regroupe place Joffre, le 16 septembre, les adhérentes de toute la France

 

 

Chantal G, Monique, Chantal P, Patricia, du Club Lagunak

Renée, du Club UCO Orthez

Marie Hélène, Ghislaine, Aline, Marie-Claude, Claudette, Cécile, Anne, du Club de Poey Lescar

Corinne, Elisabeth, du Club Biarritz Olympique

Paulette, du Club Sics Boucau-Tarnos

Danielle, Danièle, Nicole, Maryse, Katia, du Club Les Mailhouns

forment le groupe partant d’Anglet, accompagnées par Roger et moi.

Danielle et Paulette ont choisi de rallier Paris en cinq étapes,  elles partiront mardi et rejoindront l’équipe des 18, mercredi soir à St Junien.

 

 

Claudine,  du Club Sics Tarnos

Sylvie, Yvonne, Solange, du Club Gan

Germaine, du Club Hasparren

Christine, du Club Oloron

partent de Bazas, Jean Marc et Christian les accompagnent.

 

 

 

 

Après une séance « photos »derrière la banderole « Toutes à Paris », je donne le départ.

 

Il est 8h 15 et ces dames sont très impatientes de donner le premier coup de pédale.

 

                                                                                                                                                                        

 

Direction Sabres pour la première étape, quelques Mailhouns ainsi que Danielle et Paulette les accompagnent un bout de chemin.

 

Avec Roger, nous chargeons tous les bagages de nos courageuses cyclistes dans le véhicule : on voit que certaines n’ont jamais entrepris de séjour de cette longueur, quelques valises ou sacs sont importants. Le ravitaillement, la table de pique-nique, les glacières pour le repas du midi, ainsi que nos vélos sont embarqués. Nous pouvons prendre le départ et rattraper nos cyclotes.

 

 

 

Nous les retrouvons du côté de St Géours de Maremne, le coup de pédale est régulier. Le premier arrêt repas est prévu aux alentours de Castets, un coin sympa leur permet de se restaurer, se détendre, également à Monique de nettoyer une petite contusion sur le genou survenue lors d’une chute sans gravité près de Magescq : Anne et Marie Claude étant infirmières, cela aide. Le pique-nique terminé, le café est pris dans une brasserie de Castets.

 

 

 

 

Au moment du départ, nous rencontrons Jacques Flous, venu avec son épouse, à la rencontre de ses féminines (Poey Lescar) sur cette étape, il nous suit jusqu’à Sabres.

 

 

Après une pause ravitaillement à Garosse, direction Sabres VTF où nous sommes ce soir hébergés en camping dans des bungalows de 2 personnes, repas sur place. Toutes arrivées vers 17 h 30 en bonne forme, nos sportives ont rendez-vous à 19 h 30 pour le dîner. Certaines, en guise de promenade digestive, visitent le village à pied, d’autres jouent aux cartes. Le temps est lourd et selon la directrice du site de vacances, des orages sont prévus pour la nuit, effectivement, une très grosse averse tombe entre 2 et 3 heures.

 

 

 

Les filles parties de Bazas ce matin ont rejoint MONTPON, terme de leur première étape. Le moral est bon.

 

Mardi 11 septembre

 

SABRES - MONTPON-MENESTEROL

 

Tout le monde se retrouve à 7 h 30 autour d’un petit déjeuner.

 

 

 

Certaines sont déjà volubiles, d’autres sont encore endormies ; plusieurs, trouvant la moiteur de la nuit insupportable ont voulu dormir sur la terrasse de leur bungalow, la pluie de la nuit les a vite fait se réfugier dans leur gîte !

08 h 10, et les voilà parties, toujours dans cette forêt landaise où des traces laissées par la tempête ‘’KLAUS sont encore visibles, quel paysage désolé et monotone.

 

 

 

A la sortie de Langon, découverte des vignobles, les cyclotes trouvent une côte bien pentue pour se muscler les jambes, le pique-nique  organisé peu après leur permet de se régénérer.

 

 

 

Sur la route deux groupes se forment, permettant à chacune de rouler à son rythme : de plus, au niveau de la sécurité, c’est plus prudent.

 

Le plein d’énergie fait (nourriture + eau) tout le monde reprend la route pour se diriger vers Castillon la Bataille.

 

 

 

Là-bas, nous retrouvons des membres du Club de Montpon Ménestérol que j’avais contacté. Ils sont venus le lundi à la rencontre du groupe de Bazas, et l’on accompagné jusqu’à l’hôtel et le mardi les conduire jusqu’à Ribérac Ils feront de même avec nous, soit un peu plus de 200 km sur les 2 jours, grand merci à eux.

 

 

 

 

A Ménesplet, super accueil à l’hôtel, jus d’orange pour tout le monde sur la terrasse.

 

 

 

 

Rangement des vélos et prise de possession des chambres précèdent l’excellent diner au restaurant Le Caldéro à Montpon, une grosse partie de rigolade durant le transport et à table, bonne ambiance.

 

 

Repas diététique !!!!!

 

Des nouvelles de nos autres féminines :

Danielle et Paulette, parties ce matin, sont bien arrivées à Langon, terme de leur première étape.

Les cyclotes de Bazas sont arrivées sans problème à ROCHECHOUART.

 

 

Mercredi 12 septembre

 

MONTPON – SAINT-JUNIEN

 

Le petit déjeuner étant servi plus tôt, cela permet à chacune de se préparer à son rythme, avec malgré tout l’objectif de partir pour 8 h 00. Cette journée est celle qui représente le plus de difficultés, dans notre jargon un toboggan.

 

 

 

Les cyclistes de Montpon qui nous accompagnent jusqu’à Ribérac, nous indiquent une route un peu plus facile pour rejoindre Nontron, passant par la Tour Blanche, joli petit village avec son marché campagnard sous la halle. Le vent du nord s’invite. Contrairement à lundi et mardi où elles ont eu chaud, ces dames trouvent le temps de ce matin un peu frisquet.

 

Nous trouvons un lieu de pique-nique abrité, Roger et moi constatons que les efforts à vélo aiguisent les appétits, tout le monde mange de bon coeur.

 

 

 

 

Danielle m’a informé que Paulette et elle se trouvaient à 5 km avant Ribérac et nous rejoindraient ce soir sans problème.

 

Arrivée sur Nontron : un arrêt café permet de se réchauffer avant l’attaque d’une partie un plus pentue jusqu’à St-Junien, terme de l’étape du jour. A la sortie de Nontron, nous retrouvons Jean Pierre (en voiture), un membre des Mailhouns qui a une maison à Bellac, il se joint à nous jusqu’à Saint-Junien.

 

A Rochechouart, qui revendique le titre de capitale de la mégisserie en France,  arrêt photo devant le superbe château.

 

 

Les 20 se retrouvent à Saint-Junien, nous prenons place à l’hôtel dont les chambres sont difficiles d’accès, pas d’ascenseur et escalier en colimaçon, pas facile de monter les valises.

 

Jean Pierre reste avec nous pour le dîner, il nous rejoindra le lendemain, à vélo cette fois, un peu avant Bellac pour faire un bout de chemin avec les filles.

 

Superbe ambiance

 

 

 

Jeudi 13 septembre

 

SAINT-JUNIEN – BUZANCAIS

 

Ce matin, en ouvrant les volets, confirmation qu’il faudra sortir les vêtements de pluie, le petit crachin annoncé est bien là.

 

Pour le petit déjeuner, même cérémonial, certaines sont en forme dès le matin, d’autres sont muettes, peut-être déjà sur le trajet du jour, encore agrémenté de quelques côtes jusqu’à Bellac, après ce sera plus facile, néanmoins, il semble que la fatigue commence à se faire sentir.

 

Malgré le mauvais temps, le Club de Javerdat (Gilbert Lavergne) nous a rejoints pour nous accompagner jusqu’à Bellac, félicitations.

 

 

 

 

Départ à 8 h, toutes équipées pour le mauvais temps, heureusement, 45 minutes plus tard, la pluie a cessé, même si la route reste mouillée, le vent la sèche rapidement. Comme prévu, nous retrouvons Jean Pierre.

 

 

 

 A Bellac, réconfort autour d’un café. Comme d’habitude, j’ai acheté des bananes qui sont appréciées à la pause de 10 h.

 

 

 

 

 

 Nos amis de Javerdat nous quittent avec les remerciements de toutes.

 

Nous reprenons la route, envisageant la pause repas vers Lussac les Eglises. Alors que nous devions tourner à droite à Tersannes, notre amie Cécile, attirée par la pancarte mentionnant Itinéraire Bis Paris, est partie tout droit. Nous sommes partis à sa poursuite avec le véhicule pour lui indiquer une route lui permettant de rejoindre directement Lussac. Cet incident sans gravité, a perturbé un peu l’heure du repas. De ce fait, nous avons déjeuné sur le Champ de foire de Lavaud.

 

Après la reprise, nous pensions prendre un café à Belâbre, malheureusement, les cafés ouverts sont de plus en plus difficiles à trouver dans les petites villes. Nouvel arrêt photo à Romefort  pour mettre le château dans la boite.

 

 

 

Au village de Vandoeuvres, Cécile toute émue, a eu la surprise de voir des amis de la région traversée, venir la rencontrer sur le parcours.

 

Les propriétaires de l’hôtel au Croissant de Buzançais nous ont réservé un accueil remarquable, le patron a monté tous les bagages, les chambres  et le repas étaient parfaits.

 

 

 

Vendredi 14 septembre

 

BUZANCAIS – SAINT-JEAN DE BRAYE

 

Certaines ont les fesses endolories, c’est normal pour celles qui ne sont pas habituées à rouler plusieurs jours de suite, le Cetavlon devient indispensable !!!

 

Le petit déjeuner est copieux, petit plus, les confitures sont « maison », tout le monde se régale. Même horaire pour le top de départ : 8 h00 ; ce matin il fait bien frais, température 6.5 %, les vêtements plus chauds sont enfilés.

 

 

 

 

En plus, certaines voyagent incognito !

 

 

 

Nous programmons un arrêt café vers Valençay, les villages traversés avant font l’objet d’arrêts photos. Le café trouvé au pied du château permet de réchauffer cyclotes et accompagnateurs.

 

 

 

Après avoir traversé Romorantin-Lanthenay, nous prenons la direction de Neung sur Beuvron, avec un arrêt casse- croûte au lieu-dit « La Croûte », on ne pouvait pas le rater.

 

 

      Repérage à l’entrée de Romorantin                                                                                                             Relax à la Croûte

 

A Jouy le Potier, nous retrouvons le Président du CoDep 45, venu nous chercher avec quelques membres, et nous guider jusqu’au Formule 1 de St-Jean de Braye, là où nous retrouvons le groupe de Bazas accompagné par Jean-Marc et Christian.

 

                                       Bienvenue à nos amies parties de Bazas

 

Malheureusement, à l’arrivée, Sylvie n’a pu déchausser et est tombée se blessant au poignet, passage aux urgences, radio, verdict : fracture et pose d’une atèle rigide ; à un jour de l’arrivée, c’est catastrophique pour elle qui s’était tant préparée pour cet évènement.

 

Le Club d’Orléans propose une visite de la ville, tout le monde n’adhère pas à cette idée, certaines veulent rentrer directement, d’où une arrivée en ordre dispersé au Formule 1. Pour la première fois au cours de notre périple, les vélos doivent être montés dans les chambres, il n’y a pas de local spécialisé.

 

Parmi tous les hébergements, le Formule 1 est le moins bien : pas de toilettes ni de douches dans les chambres. Pour le dîner, nous allons au restaurant Del Arte, juste à côté.

 

Les visages accusent la fatigue, mais la perspective de l’arrivée sur Paris motive la troupe.

 

Samedi 15 septembre

 

SAINT-JEAN DE BRAYE – VITRY SUR SEINE

 

Dernière étape : avec Jean-Marc, nous apportons une modification au parcours prévu pour aller sur Pithiviers, en prenant la route qui y mène directement, normalement, le samedi matin, cette route est moins encombrée.

 

Sur la ligne de départ, les visages sont marqués, mais la volonté d’aller au bout est la plus forte. La température est encore un peu fraîche, mais pédaler réchauffe les corps.

 

 

Le repas du midi est programmé autour de la Ferté Allais, une erreur de parcours au moment où nous allions faire nos emplettes, entraîne une séparation des groupes de Bazas et d’Anglet : c’est dommage. Après contact phone avec Jean Marc, nous convenons de nous retrouver tous à Bondoufle, ville située avant Fleury-Mérogis où nous devons retrouver le Club de Villejuif. Ce dernier doit nous prendre en charge pour nous accompagner jusqu’à Vitry sur Seine.

 

Après le pique-nique, arrêt café à la Ferté Alais.

 

 

 

Comme prévu, les deux groupes se retrouvent à Bondoufle où le Club local a mis en place un stand permettant aux participantes de trouver sur place boissons, gâteaux etc. Merci beaucoup.

 

 

 

 

 

Le groupe au complet entreprend de rejoindre Fleury-Mérogis, au début, pas de problème, mais en arrivant à l’approche d’une zone commerciale à activité intense, des voitures dans tous les sens, nous tournons en rond et perdons du temps. Alors que nous étions dans le timing pour rejoindre le Club de Villejuif, (rendez-vous vers 16 h), nous prenons du retard et arrivons aux alentours de 17 h.

 

 

Heureusement que nous avions de bons guides pour rejoindre l’hôtel, car la traversée de la banlieue pour atteindre la Seine, c’est quelque chose ! Que la vie est belle dans les Pyrénées Atlantiques ! Nous avons mis presque deux heures pour arriver à Vitry sur Seine.

 

 

Bravo, elles sont arrivées à destination, fatiguées mais tellement heureuses d’aboutir, avec une pensée pour Sylvie.

 

 

 

                                                                       

 

Le soir un excellent repas chinois a réconforté tout le monde.

 

 

Dimanche 16 septembre

 

PARIS

 

Petit déjeuner à notre hôtel. Roger et moi, avons troqué, après un dernier chargement, la camionnette, pour nos vélos.

 

  

Le Club de Villejuif vient nous chercher vers 08h 30, pour nous accompagner jusqu’au rassemblement situé Place Joffre.

 

 

 En route pour Paris, accompagnés par le Club de Villejuif                                                  Que la chasuble est sexy !

 

 

 

 

 

Par des pistes, sur la route, dans les couloirs de bus, nous rejoignons Paris. Certaines sont émues de découvrir la Capitale, d’autres retrouvent leurs familles venues les accueillir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 11 H, départ pour un périple dans Paris de 12 km environ, empruntant les bords de Seine et certaines rues avoisinantes : rue du Bac, rue St Germain etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dommage que ce rassemblement de trois ou quatre mille bicyclettes dans le centre de Paris se soit télescopé avec les journées du Patrimoine : cela a peut-être nui à la promotion du vélo ; mais comment faire ? Existe-t-il à Paris des journées propices à notre petite reine ?

 

 

 

 

Après le défilé, retour vers 13 h Place Joffre pour le pique-nique géant, très bonne organisation.

 

 

 

A nouveau, le Club de Villejuif a été super, surveillant les vélos le temps de notre repas. Je fixe rendez-vous à 15h pour le retour sur l’hôtel. Après une photo souvenir, (malheureusement nous n’avons pas pu avoir tout le monde), le départ est donné pour affronter les embouteillages et ses dangers.

 

 

 

                                                        La fête est finie, il faut penser au retour

 

 

 

Vers 16h15 nous arrivons à Vitry sur Seine, grand merci au Club accompagnateur.

 

Jusqu’ici tout allait bien, mais les problèmes vont commencer : pas de car, resté coincé dans les embouteillages, alors qu’il était sur Paris depuis la veille au soir. Vers 17 h il arrive enfin, nous allons pouvoir procéder au chargement des vélos et des bagages. La remorque est plus petite, mais nous le savions, le Basque Bondissant nous avait informés que celle initialement prévue, d’une capacité de 36 vélos, se trouvait indisponible du fait qu’elle aurait été accidentée, et qu’en conséquence il la remplaçait par une prévue pour 30.

Le problème est qu’aucun des chauffeurs n’était en mesure d’assurer le chargement des vélos, ni d’indiquer comment les installer. J’ai contacté à plusieurs reprises la permanence du transporteur, et au final, nous avons décidé de prendre, nous-mêmes, en charge l’embarquement, seulement nous n’avons pu mettre que 14 vélos ; nous en avons installé, avec beaucoup de précautions, 11 à l’intérieur du bus sur et entre les sièges, les autres étant répartis dans les 2 véhicules d’accompagnement (8 dans celui de Bazas, 7 dans celui d’Anglet). Les chauffeurs ont quant à eux assuré le chargement des bagages.

 

Enfin,  nous avons pu partir vers 20 h 30 !!!!!!!

 

 

Nous avons suivi le bus et demandé aux chauffeurs de prévoir un arrêt repas vers 21/22 h.

Arrêt à Mont de Marsan vers 6 h, à Lescar vers 7 h et Anglet fin du voyage à 8h30.

 

En dehors des problèmes liés au bus, toutes les participantes sont ravies de leur semaine, et je dois dire que j’étais heureux que tout le Groupe (hors Sylvie, malheureusement) ait pu aller au bout de ses objectifs.

 

Bravo à toutes.

 

Roger et moi, avons passé une agréable semaine et sommes contents d’avoir accompagné nos féminines dans la réussite de leur challenge.

 

Serge LEROY.

Nota: Les photos de Serge LEROY ( intercalées dans son passionnant récit ) seront raoutées ultérieurement pour des raisons techniques...

jp

Agenda du CCPL

Pentecôte 2016

Strasbourg 2016

La Biroulette

Cap Nore 2016