Froid, Pluie et brouillard au sommet...

...Une montée du Géant du Tourmalet dont on se souviendra !

"Hola" les Indurain; Quand Madame suit son mari...même dans le Tourmalet !
"Hola" les Indurain; Quand Madame suit son mari...même dans le Tourmalet !
Pendant que le soleil réchauffe la vallée, ici, il fait 4° et la pluie glaciale  tétanise nos muscles endoloris !
Pendant que le soleil réchauffe la vallée, ici, il fait 4° et la pluie glaciale tétanise nos muscles endoloris !
Le grand Miguel signe des autographes avant le départ; il ne pleut pas encore...
Le grand Miguel signe des autographes avant le départ; il ne pleut pas encore...
La douzaine de cyclos du  CCPL n'a pas reculé devant la pluie incessante; Parmi eux notre "mascotte" figurant parmi les très rares féminines du peloton, sympathise ci-dessus avec l'ancien multiple vainqueur du Tour de France.
La douzaine de cyclos du CCPL n'a pas reculé devant la pluie incessante; Parmi eux notre "mascotte" figurant parmi les très rares féminines du peloton, sympathise ci-dessus avec l'ancien multiple vainqueur du Tour de France.
Retour en pélerinage au sommet dans l'après-midi...
Retour en pélerinage au sommet dans l'après-midi...

Souvenir Laurent FIGNON: Yves raconte l'odyssée du CCPL:

 

En repensant à cette montée du Géant je me rends compte que ce fut une merveilleuse journée. Quand j’ai mis le nez hors du Ducato ce matin vers huit heures dans les environs de Bagnères-de-Bigorre, j’ai posé le pied sur la pelouse du domaine de Laurent Fignon à Gerde. J’ai compris sur l’instant que les prophéties selon lesquelles la température ne serait que de trois degrés Celsius à La Mongie, et qu’il pleuvait déjà là-haut (osant à peine imaginer le climat au sommet!) étaient en mesure de se réaliser.
A neuf heures s’ébranle le convoi constitué de quelques centaines de cyclos, bardés de tout ce qu’ils ont trouvé de vêtements supplémentaires, de divers véhicules et d’un camion-benne où réside pour un temps le gigantesque cycliste gris métal, célébré en tant que géant anonyme, représentation sublimée de la petite foule de géants qui ont marqué l’histoire du Tourmalet par l’incroyable force que leur tête avait su insuffler à leurs jambes.
Durant les deux heures de cette transhumance, une petite troupe de musiciens « bandaïres » accompagne la statue dans la benne, mettant en fête le retour des vélos à la montagne.
Dans la foule bariolée, j’ai franchi le petit pont de bois sur l’Adour au côté de Miguel Indurain. Je ne m’en suis pas rendu compte. On me l’a dit.
Miguel est un athlète magnifique, beau comme un dieu antique. Son sourire, sa patience, le charme de ses mots brefs, animent ce corps sculpté par Michel-Ange.
Je ne sais plus où la pluie a commencé. Mais tôt. De quoi décourager prématurément, après six ou sept bornes parcourues, peut-être moins.
Après je vous passe les détails. L’essentiel est dit.
La montagne nous oblige à nous surpasser. Réussir est alors une fête. Voyez nos deux lascars, Raphaël et JP. L’un gagnant de toute sa puissance le col dans le petit peloton des aigles, l’autre donnant toute son âme pour dompter la bête, une dernière fois, dit-il.
Ménage ta monture, Rapha. On m’a dit que tu étais pâle, au moment ou tu as planté ton étendard sur le bar de l’auberge du col. Je sais, le vin chaud t’a ranimé, mais quand-même. Mais que voulez-vous, ceux du 3 grimpent en chantant à tue-tête, glorifiant l’immense paysage !
Quant à toi JP, chapeau bas. Quand je t’ai vu arriver dans la salle hospitalière où nous nous restaurions dans la joie, j’ai su que tu revenais des catacombes. Tu étais sombre, ton imperméable noir ruisselant, tes pieds gainés de sur-chaussures noires gorgées d’eau. Tes jambes rechignaient à te porter. Tu l’avais vu, le bout du Tourmalet, à l’arraché sous l’interminable averse !

On a passé un long moment dans cette salle de La Mongie. J’ai enfilé mes vêtements tout mouillés les uns sur les autres. Et puis j’ai mangé énormément, pain, jambon, haricots tarbais, oranges, bananes, tartes aux fruits, pur brebis excellent, espérant que cet afflux de carburant fournirait la chaleur nécessaire pour réchauffer le film d’eau qui les imbibait.

Or ce long moment fut un bon moment, malgré l’humidité et les effluves moisis qu’exhalaient les plus puants d’entre nous, car aussi puants fussent-ils, ceux qui étaient là, qui ne s’étaient jamais vus auparavant, étaient des copains, au son des chants montagnards.
Et puis, n’écoutant que leur courage, et leur envie d’en découdre encore avec l’atmosphère, et leur générosité envers leurs camarades grelottants, Ksa et Rapha ont repris leurs machines dans le froid de dehors, et plonger vers la vallée, leurs pieds transis sur les pédales, courbés sous la pluie, dans le vent glaçant de la descente.
On a failli attendre, mais il ont fini par revenir, au volant de confortables automobiles, tractant la remorque à vélos.
Et nous voilà tous repartis en pèlerinage au col avant de rentrer chez soi. A l’auberge on a pris un café ou un chocolat, du moment que c’était chaud.
Rapha et Philippe L. , grands seigneurs, ont laissé les serveuses aux seins splendides se faire prendre en photo à leurs côtés. Puis ils ont fait preuve de la même grandeur d’âme à l’égard de Miguel Indurain, que Ghis avait déjà gratifié d’un baiser, chaste selon elle, malgré sa scandaleuse apparence !

Et puis on est rentré chez nous dans la plaine et il faisait beau, et presque chaud…

Toutes les photos de jp sur l'album gmail en cliquant ci-dessous:

https://picasaweb.google.com/ocdepau/MonteeDuTourmaletSousLaPluieDeJuin#

 

Et encore une centaine de photos prises par Raphael et Michel; c'est par ici:

https://picasaweb.google.com/ocdepau/Tourmalet2011LesPhotosDeRaphaelEtMichel#

 

 

Voir également les nombreuses photos publiées sur le site Internet Tarbes-info:

http://www.tarbes-infos.com/geant/

Vision insolite en arrivant dans les derniers kms d'ascension.
Vision insolite en arrivant dans les derniers kms d'ascension.

Agenda du CCPL

Pentecôte 2016

Strasbourg 2016

La Biroulette

Cap Nore 2016